SEMAINE V – VEDREDI: Bienheureux Joseph Boissel, o.m.i. (20.12.1909-05.07.1969)

boissel-omijkjk-1969Qui dit que les Pères sont des étrangers ? Qui dit que les Pères ne sont pas bons ? Qui dit que nous sommes des traîtres parce que nous confessons la religion des Pères ? Le Père Boissel est étendu mort devant nous, là, maintenant. Sa vie est la réponse à nos questions et à notre foi. S’il n’est pas bon, pourquoi le ciel ne le foudroie-t-il pas, la peste ne le mange-t-elle pas ? Pourquoi s’est-il remué avec impatience et sollicitude pour rejoindre ses enfants au village de Hat-I-Et ? Seul son dévouement pour ses enfants, qu’il aimait, le poussait jusqu’à eux, sans penser à son sang, à sa chair, à sa vie.

Vous les notables, les maîtres qui avez connu et fréquenté le Père Boissel, sachez et retenez qu’il était un homme bon, généreux avec le peuple, avec les indigents. Même si c’était un homme direct en paroles et qui “éternue fort”, rappelez-vous sa bonté, qu’il a construite partout où il passait. « La terre couvrant le visage pendant cinq cents ans ne peut faire oublier l’amour », dit le poète, car le Père Boissel était un exemple, une source de l’amour du Christ pour nous. Ni la pluie qui tombe ni les eaux qui grondent ne pourront effacer le sang rouge vif du Père Boissel, qui a marqué cette terre lao.

 Homélie du Père Pierre Douangdi
pour les funérailles de Joseph Boissel, 8 juillet 1969

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s