Semaine IV – Mardi:   Bienheureux Marcel Denis, m.e.p. (07.08.1919-31.07.1961)

hCette année, j’ai découvert des lépreux relégués derrière une montagne, à 5 km en ligne droite de mon village. Si je ne veux pas faire un détour de 30 km, à pied bien entendu, pour contourner cette montagne, je dois l’escalader : environ trois heures d’acrobatie et des marches à quatre pattes dans un chaos de roches coupantes et brûlantes.

Pour les villages normaux, les médecins sont un problème et une lourde charge. Ces lépreux n’ont jamais reçu de visite ni de secours d’aucune sorte : ce sera une folle aventure, et je ne puis les laisser ainsi. Il y a là plus de 40 familles, toutes plus ou moins atteintes… même les enfants. Chez les grandes personnes, ce sont des membres pourris, des doigts, des pieds et des mains qui tombent l’un après l’autre, des visages ravagés. Bien du travail, bien des soucis !

Ma vie se passe en bonne partie sur les pistes, à grimper les montagnes (200 km à pied chaque mois) pour aller d’une vallée à une autre, à palabrer de jour et de nuit dans des villages païens, logeant chez l’habitant, à enseigner chrétiens et catéchumènes, à soigner les corps.

Je suis seul missionnaire, ayant comme principal travail de prospecter ces régions totalement païennes.

Lettre circulaire de Marcel Denis, décembre 1957
(Photo prise par lui-même dans le village des lépreux)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s