SEMAINE II – VENDREDI: Bienheureux Louis Leroy, o.m.i. (8.10.1923-18.04.1961)

aa

À Ban Pha, où était le Père Leroy, c’est carrément la persécution religieuse. Les gens sont terrorisés, ils doivent se cacher pour prier. L’église et la maison des Pères ont été pillées systématiquement… Le Père Leroy avait été fouillé, mis à nu complètement devant tout le monde. Il avait eu un répit d’un quart d’heure qu’il avait passé à genoux devant le Saint Sacrement, puis il avait suivi les soldats qui prétendaient que leur commandant l’appelait : en soutane, croix à la ceinture, bréviaire sous le bras, pieds et tête nus. On l’a conduit dans un bois. Les gens ont entendu des coups de feu, et maintenant il y a une tombe fraîche…

Les Pères Leroy et Coquelet étaient probablement les meilleurs religieux de la communauté : humilité, zèle, piété, ardeur à l’étude de la langue compensaient largement la lenteur intellectuelle de l’un (vocation très tardive – paysan normand), et la timidité du second.

Par contre, l’un et l’autre étaient capables de rester des heures entières à l’église… Leurs gens sont déjà venus plusieurs fois, malgré le danger, chercher de leurs nouvelles. Mais on ne peut leur en donner.

Lettres d’Henri Delcros à sa famille concernant Louis Leroy, 17 mai et 2 juin 1961
(Photo : la Mission de Ban Pha)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s