SEMAINE II – SAMEDI: Bienheureux Michel Coquelet, o.m.i. (18.08.1931-20.04.1961)

couqJe suis très heureux de mon premier Noël en brousse. Je suis allé dire la Messe de Minuit dans une de nos “dessertes”, à 1 h ½ de marche, mais quelle marche !

Il faut d’abord dévaler pendant trois quarts d’heure une pente très abrupte, traverser un gros torrent au moyen d’une sorte de “pont de singe”, puis remonter pendant trois nouveaux quarts d’heure une côte tout aussi escarpée. À marcher ainsi sous un beau ciel bleu et un soleil radieux, dans une forêt toute en feuilles et même en fleurs, j’avais quelque peine à réaliser qu’on était le 24 décembre !

Au village j’ai entendu les confessions (en laotien, langue que les adultes connaissent suffisamment, bien que ce ne soit pas la leur). Après la prière du soir en commun, quelques gosses m’ont tenu compagnie jusqu’à la Messe de Minuit.

À minuit presque tout le village était là, serré dans la petite église de torchis et de bambou. Beaucoup sont revenus pour la Messe de l’Aurore. Après celle-ci il me fallut soigner les malades ; il y en a toujours pas mal, depuis les petits bobos jusqu’aux grosses fièvres, et c’est quelquefois embarrassant, avec le peu de médicaments et la science médicale restreinte que l’on possède !

Lettre de Michel Coquelet à sa famille,
28 décembre 1957

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s